Un peu d'Histoire au fond d'un verre...

 

reglement-mystere

 

 

A l'inverse des millésimes 1929, 1945, ou encore 1961, le millésime 1935 n'est pas entré dans la légende du bordelais, loin s'en faut... Et pourtant...

 

Quelque part, dans un petit village situé sur la montagne de Reims, un groupe d'amis dégustent une cuisine savoureuse accompagnée de vins délicats... La soirée tient déjà ses promesses, mais...

il est près de 21h30 en ce samedi soir, lorsque Ludo se lève pour répartir délicatement le contenu d'une bouteille-mystère dans des INAO qu'il nous distribue cérémonieusement. Connaissant un peu l'homme, nul ne doute que le breuvage sera à la hauteur de l'évènement. Et quand Ludo annonce qu'aucun convive n'a pu voir "naître" ce vin, l'étonnement est général !

        
Chacun se livre à l'analyse...

La robe est d’un rouge grenat relativement opaque, sans turbidité, avec un disque à peine tuilé.

Le nez est absolument fascinant de finesse et d’élégance, avec une complexité aromatique exceptionnelle sur des notes de groseille, de pruneau, de vieille rose, de sous-bois …

Le toucher de bouche impressionne par sa délicatesse. Profond et équilibré, d’une grande digestibilité avec une finale d'une longueur époustouflante sur la fraîcheur... Incontestablement un vin de très grande classe !


10 (longues) minutes plus tard... 

Le voile se leve sur le flacon... Surprise et ...admiration : il s'agit d'un Latour-Martillac 1935... mis en bouteille en 1949, comme l'atteste l'étiquette de col.

Le cru doit son nom à la tour ornant sa cour d’honneur, vestige d’un fortin bâti au XIIème siècle par les ancêtres de Montesquieu. L'étiquette actuelle, barrée d’ « or et de sable », est née en 1934... soit un an seulement avant le millésime dégusté !

 Un grand merci à "Maître" Ludo pour ce palpitant moment d'Histoire !



DSC_0332

Le fameux flacon :

Un millésime 1935...mis en bouteille en 1949 !


 



Rien ne sert de trop



 Sans morale, il n'y a plus de vin de Bordeaux, ni de style. La morale, c'est le goût de ce qui est pur et défie le temps.

                                                                     Jacques CHARDONNE