Une Verticale du domaine

GUILLEMOT - MICHEL

 

"La Quintaine"

sur 7 millésimes !

 

domaine-guillemot

Les Vignerons... 

  

Aujourd'hui je vous emmène au sud de la Bourgogne, sur les coteaux du Mâconnais, à mi-chemin entre Mâcon et Tournus, au domaine GUILLEMOT–MICHEL. Si le domaine est, certes, petit par sa taille, 6 hectares (hélas si on lit ce qui suit), c'est un tout grand par la qualité de son vin !

Le domaine produit une seule cuvée, baptisée Quintaine, du nom du lieu-dit rattaché au village de Clessé.  

Toutes les parcelles sont exposées au soleil levant, et bénéficient de l’influence climatique de la Saône qui radoucit les températures hivernales et amène de la précocité.

Les sols du vignoble sont composés d’argiles, de limons et d’humus qui proviennent pour majorité de l’altération et de la transformation du socle géologique calcaire.

A l’origine, le domaine a été planté par le grand-père, puis le père de Pierrette, épouse du viticulteur Marc GUILLEMOT. Il a ensuite été complété par le couple de viticulteurs lors de son installation en 1985.  L’âge moyen des parcelles est d’environ 50 ans. 

La densité de plantation est élevée : entre 7000 et 8000 pieds à l’hectare. Toutes les vignes sont palissées et conduites en arcure avec une baguette.

Dans un but de recherche de qualité tournée vers l’avenir, les viticulteurs ont progressivement fait évoluer leurs méthodes de culture pour finalement aboutir à une certification en culture biologique en 1992, suivie d’une conversion à la biodynamie l’année suivante…

( plus d'info sur... www.domaineguillemotmichel.fr )

 

Le résultat est réellement impressionnant. La "verticale" organisée par notre Club de dégustation, Les AVINTURIERS, a mis en avant combien chaque millésime est sublimé. Jugez plutôt :

 

 

DSCN0981

 

 

QUINTAINE 2011 

La robe est d’un magnifique jaune paille soutenu.

Le nez est exubérant et complexe sur la mirabelle, l’ananas avec de tendres notes beurrées et une pointe de réglisse.

La bouche est tapissée par une matière onctueuse, mais sans lourdeur. Même si le vin se trouve aujourd’hui dans une période transitoire (contrairement à la dégustation que j’avais pu en faire en janvier dernier) et ne reflète pas totalement toutes ses potentialités, il n’en demeure pas moins un vin à la trame exceptionnelle qui retrouvera d’ici quelques temps l'éclat qu'il mérite !

 

QUINTAINE 2010

La robe est un peu moins soutenue que celle du vin précédent, mais le nez est encore plus explosif sur les agrumes, les fruits jaunes et exotiques avec une belle minéralité. Un véritable feu d'artifice qui se prolonge en bouche avec une trame d'un équilibre et d'une intensité exceptionnels, digne des plus grands chardonnays. La finale, d'une longueur impressionnante, est d'une fraîcheur et d'une minérarilté époustouflante.

Assurément, un flacon de dimension planétaire !

Peut se boire aujourd'hui, pour le fun, mais va se garder sur une décennie, sans problème !

 

QUINTAINE 2009


La robe est d'un jaune or limpide. Le nez est ouvert sur les fruits exotiques, la poire williams, le miel, la brioche avec une fine touche réglissée.

La bouche impressionne par son volume et son onctuosité; elle est gourmande à souhait et  se termine brillamment sur la fraîcheur et la minéralité. Un millésime magistralement accompagné !

Peut se savourer maintenant, mais rien ne presse...

 

QUINTAINE 2008

La robe est d'un magnifique jaune or avec des reflets verts. Sur ce vin également, l'exubérance du nez est remarquable avec de splendides notes d'agrumes, de fruits exotiques, de minéralité avec un petit coté levuré séducteur.

La bouche est puissante, grasse avec une vivacité qui lui confère un équilibre quasi parfait. Et quelle longueur...Encore un flacon exceptionnel, taillé pour la garde.

 

QUINTAINE 2007

La robe est d'un jaune paille assez soutenu, mais limpide. Très discret après l’ouverture, son premier abord est de nature à surprendre si l’on se réfère aux flacons précédents…mais ce n’est que pour mieux rebondir….Progressivement, nez après nez, le vin s’ouvre et laisse échapper de doux parfums de fleurs blanches, de fruits jaunes et blancs, de beurre, de miel et enfin d’une fine minéralité. Un quart d’heure après, c’est la bouche qui s’affirme avec une trame superbe et un équilibre absolument magistral. La finale est d’une longueur impressionnante sur la fraîcheur.

Un vin d’esthète qu’il faudra savourer, vous l’aurez compris, après un petit tour en carafe.

 

QUINTAINE 2006

La robe est d’un jaune paille encore un peu plus soutenu que le précédent.

Le nez est ouvert et complexe sur les fruits jaunes bien murs (mirabelle, reine claude et abricot), la poire, la pomme, le miel, le caramel, les épices et… j’en oublie... L’attaque est tout en dentelle. La bouche regorge de matière et d'extrait sec et s'achève sur une finale longue et minérale.

Prêt à boire aujourd’hui, ce vin s’exprimera parfaitement sur un noble poisson de rivière.

 

QUINTAINE 2005

Finir avec ce merveilleux nectar, c’est achever une dégustation en apothéose…Tout y est : la robe, d’un magnifique jaune d’or, le nez, offrant un feu d’artifice d’une complexité exceptionnelle et la bouche, d’une pureté cristalline et d’une droiture à faire pâlir les meilleurs premiers crus de Bourgogne ! A savourer ou à garder…si l’on a, bien sur, la chance d’en posséder !

 

 

Verticale

Souvenir de notre verticale... 

 

 

 Un grand merci à Pierrette et Marc, pour nous avoir permis ce grand moment histoire !

Et un autre grand merci à Philippe, cheville ouvrière du Club, pour son implication dans la "transaction" !

 

20131016_215055

 Philippe, qui témoigne de...

" l'éclat" du vin !

 

 20131016_230943

Une partie de la troupe, écoutant religieusement le Président en plein commentaire... 

(on remarquera que certains préfèrent quand même vérifier...)

 

 


Comme pour les AvInturiers...

Semper vini fidelis