TERRE INCONNUE

ou

la vinaventure d'un père et d'un fils

 

Les Flacons

 

La retraite, c'est le moment de se lever le pied, pour faire tranquillement tout ce que l'on a envie de faire :  consacrer plus de temps à ses loisirs, à des sorties, des rencontres, voyager... Pour Lucien CREUS, c'est tout l'inverse : après une vie passée à enseigner à travers le monde, il se réinstalle dans le Sud à la retraite, à Saint-Séries, non loin de Montpellier... Mais très vite, l'activité le rejoint puisqu'associé avec l'un de ses fils, il crée le domaine viticole "Terre Inconnue". Ce projet semble d'autant plus invraisemblable qu'aucun des deux ne possède de formation, ni même d'expérience dans ce domaine. Mais qu'importe, ils aiment tous deux le vin et la tentation est là...

Cette aventure débute donc en 1996, avec l'achat d'une première parcelle de vignes. Lucien se consacre aux travaux du quotidien : il taille, entretient la vigne, assure la mise en bouteille, reçoit les clients, fait visiter le domaine. Son fils Robert se spécialise dans les vinifications. S'il conserve son activité professionnelle, il consacre l'essentiel de son temps libre au domaine. 

Cette collaboration entre père et fils autour de leur passion commune va les conduire à des résultats, le moins que l'on puisse dire, surprenants ! Les vins produits atteignent rapidement un très haut niveau qualitatif. Robert fait goûter son vin à de grands professionnels, et la sentence tombe : "agrandissez-vous". Père et fils relèvent le challenge, et le domaine atteint aujourd'hui près de 4 hectares. Domaine encore étrangement ignoré des "gourous" du vin, et très peu médiatisé, ses bouteilles sont présentes sur les cartes de nombreux étoilés, en France comme à l'étranger... Et pour autant, le domaine reste très accessible pour les amateurs avertis : Lucien et Robert reçoivent en toute simplicité et avec grande générosité les oenophiles passionnés en quête d'émotions. Et même les prix n'ont pas pris la grosse tête : chez eux, on peut toujours se procurer des flacons sans avoir à subir la spéculation honteuse qui entoure de nombreuses étiquettes.

Les flacons dégustés :

Guilhem 2011 (1/3 Tempranillo, 1/3 Grenache, 1/3 Carignan) : belle alliance de fruits noirs et d'épices. La bouche est ample, généreuse, avec une fraîcheur gourmande qui en fait un vin de caractère d'une grande buvabilité. A carafer impérativement au moins une heure avant le service.

Léonie 2006 (100 % Carignan ) : arrivée à son optimum ( et pour plusieurs années, encore), cette cuvée est une très belle expression du Carignan. Le nez est sur les fruits noirs (pruneau, mûre et cerise), les épices et le cuir. Puissant et fin à la fois, il tapisse agréablement la bouche, sans aucune lourdeur.

Los Abuelos 2010 (100 % Grenache) : le nez, fin et complexe, s'ouvre par paliers sur les fruits rouges et noirs, les agrumes confits, les épices, de fines notes de cuir et un soupçon de minéralité. Ce vin est un festival de saveurs, qui méritent de se déployer de longues, très longues minutes dans le verre, avant de régaler la bouche d'une matière riche mais équilibrée, qui laisse une sensation de finesse et de suavité impressionnante. Il accompagnera un bon gibier d'ici quelque années, mais en attendant, il n'est pas interdit de se faire plaisir en l'accordant à une côte de boeuf ou encore un plateau de fromages bien sélectionnés.

Sylvie 2008 (50 % Syrah, 50 % Serine) : un vin quadridimentionnel qui trouve un équilibre magistral entre puissance, finesse, fraîcheur et complexité. D'une densité exceptionnelle, il est bâti pour une très longue garde, mais ses qualités sont telles qu'il donne déjà envie d'être partagé. Un must absolu !

 

Lucien Creus

Petit tour dans les vignes 

avec Lucien CREUS...

 



 Le Bonheur